7 avril | Blogue du Réseau écosocialiste | Bernard Rioux

Une nouvelle option (et six autres !) sur le mandat de l’assemblée constituante

Contribution de Benoit Renaud

 

Le document préparatoire au congrès de mai présente trois options à propos du mandat de l’assemblée constituante (AC) en lien avec l’indépendance du Québec, ce qui sera probablement le débat le plus intense de la fin de semaine.

La première option, qui n’est pas numérotée, consiste à conserver la formulation actuelle du programme, soit de confier à l’assemblée constituante elle-même le soin de déterminer le contenu de sa ou ses propositions en lien avec le statut politique du Québec. Elle peut soumettre à la population plus d’un projet de constitution, ceux-ci peuvent tous être basés

7 avril | Blogue du Réseau écosocialiste | Bernard Rioux

Dans le débat sur la constituante , soutenir l’option A et la compléter par des sous-amendements

Contribution de Bernard Rioux et de Pierre Mouterde

Assemblée constituante…

-Considérant que l’accès à l’indépendance du « pays Québec » doit être pensé comme un processus social et politique de type transitoire qui a pour objectif final la réalisation de l’indépendance, mais qui commence par la victoire du parti de QS à des élections provinciales, se continue à travers la mise en place d’une constituante correspondant à un processus de souveraineté en acte, puis se termine par un référendum validant les travaux constituants.

-Considérant que ce processus ne pourra se déployer que sur la base d’une mobilisation de larges secteurs

29 mars | Blogue du Réseau écosocialiste | Bernard Rioux

La perspective de constituante s’inscrit dans une démarche stratégique. Quelles en sont les moments?

Contribution de Bernard Rioux sur le débat sur mandat de la constituante

Ce texte avance 4 propositions afin de préciser notre démarche d’accession à la souveraineté du Québec. Le mandat ouvert donné à l’assemblée constituante introduisait de la confusion et indiquait des imprécisions dans notre démarche stratégique et laissait dans l’ombre l’articulation des différents moments de la démarche stratégique proposée. Les propositions avancées ici (en italique) et les argumentaires qui les accompagnent tentent de dépasser les failles dans la démarche que nous avons défendu jusqu’ici.

1. Proposition : Un premier moment de notre démarche stratégique –

29 mars | Blogue du Réseau écosocialiste | Bernard Rioux

Affirmer notre engagement indépendantiste

Contribution de Pierre Mouterde à propos de la convergence proposée par le PQ

Et si tout simplement l’on disait à tous le militants péquistes, à tous les souverainistes ou indépendantistes qui parlent de convergence et d’alliance et en appellent à QS en ce début 2016 pour qu’il s’ouvre sans sectarisme, à une telle approche : oui, à Québec solidaire on veut travailler pour l’indépendance du Québec, oui on veut y travailler activement, et on le dit et le répète haut et fort, mais pas en 2018, là tout de suite en 2016 et

29 mars | Blogue du Réseau écosocialiste | Bernard Rioux

Six conditions préalables à la convergence indépendantiste

Contribution de Benoit Renaud sur la politique d’alliance

 Bien des commentaires hostiles ont suivi les déclarations des porte-parole de Québec solidaire le 8 février à l’effet que nous n’étions pas ouverts, à ce moment-ci, à une alliance quelconque avec le Parti québécois. Ces déclarations mettaient l’accent sur le leadership de Péladeau et les difficultés particulières qu’il représente. Cette approche était problématique à deux niveaux : elle sous-entendait que le départ de PKP et l’arrivée d’un nouveau chef pourrait changer complètement la situation, alors que c’est le PQ lui-même qui constitue un problème depuis longtemps, et elle donnait