17 décembre

La déclaration écosocialiste de Belem

« Le monde souffre d’une fièvre provoquée par le changement climatique, et la maladie est le modèle capitaliste de développement. » – Evo Morales, président de la Bolivie, septembre 2007

Le choix auquel fait face l’humanité

L’humanité fait face aujourd’hui à un choix crucial : écosocialisme ou barbarie. Nous n’avons pas besoin de plus de preuves de la barbarie du capitalisme, système parasitaire qui exploite l’humanité et la nature. Son seul moteur est l’impératif du profit et le besoin d’une croissance sans fin. Il crée inutilement des produits inutiles, gaspillant les ressources limitées de l’environnement et lui rendant seulement des toxines et des polluants. Sous le capitalisme, la seule mesure du succès est l’augmentation des ventes chaque jour, chaque semaine, chaque année – nécessitant la création d’énormes quantités de produits qui sont directement nocifs pour les humains et pour la nature, les produits qui ne peuvent être fabriqués qu’en favorisant les maladies, qu’en détruisant les forêts qui produisent l’oxygène que nous respirons, qu’en démolissant des écosystèmes et en utilisant notre eau, notre air et notre terre comme des égouts pour se débarrasser des déchets industriels.

Lire l’ensemble de la déclaration